Par -

Après avoir chuté vendredi, la Bourse de Paris a rebondi ce lundi à la mi-journée (+0,84%), dans un marché freiné par les cours du pétrole et l’ambiguïté politique en Espagne.

A 11H34 (10H34 GMT), l’indice CAC 40 gagnait 38,94 points à 4.664,20 points, dans un volume de transactions de 800 millions d’euros. Vendredi, il avait perdu 1,12% et stopper trois séances de hausse successives.

Le marché de Paris a ouvert en baisse sommaire, descendant sous 4.600 points, puis s’est aussitôt reprit, dans une journée dénuée d’indicateurs remarquables.

« Il s’agit d’un rattrapage après la baisse technique de vendredi », indique Xavier de Villepion, vendeur d’actions chez HPC, jugeant que la volatilité pourrait être importante dans les jours à venir.

« Les rangs sont clairsemés », précise-t-il, notant le manque de plusieurs investisseurs au début d’une semaine abrégée qui prendra fin jeudi par une demi-séance à cause des fêtes de Noël.

Les volumes des transactions devraient se réduire sur les marchés avant la fin de l’année, alors qu’aucun événement important n’est attendu avant 2016.

Le marché est par ailleurs freiné par « la baisse des cours du pétrole » et « la déception en Espagne après les élections », relève M. de Villepion.

Le pétrole poursuivait sa dégringolade en Asie, tandis que la chute du baril, qui a enregistré une perte d’un cinquième de sa valeur depuis début décembre, fragilise les marchés en cette fin d’année.

Le marché demeurait fragile, quand l’Espagne est « dans le flou politique », précisent les spécialistes en stratégie chez Crédit Mutuel-CIC.

Le candidat et premier ministre sortant du parti conservateur Mariano Rajoy commence une tâche assez ardue ce lundi. Il compte former un nouveau gouvernement, après des législatives entachées par la dispersion des voix et la montée au Parlement du nouveau parti anti-austérité Podemos.

Le résultat des élections frappe le bipartisme et annonce des arrangements très fortuits pour constituer un gouvernement.